mardi 5 juillet 2016

Déjà 100 000 HTC Vive écoulés ?

Il est toujours difficile de savoir précisément combien de Vive ont été vendus après tout juste 3 mois d'existence. RoadToVR a eu la bonne idée de se pencher sur les chiffres de SteamSpy qui regroupe les statistiques de millions d'utilisateurs de la plateforme Steam.

Il y a un chiffre en particulier qui peut donner une excellente indication du nombre de HTC Vive sur le marché : le nombre de possesseurs de l'application Tilt Brush : l'application de peinture offerte avec le casque. Et le nombre de possesseurs estimé se situe autour de 94,911 (avec une marge d'erreur de 8,213 utilisateurs).

Cela ferait donc à minima entre 86 698 et 103 124 HTC Vive (tout modèle confondu) chez les utilisateurs. Un chiffre intéressant et plutôt positif après seulement 3 mois d'existence si on le compare aux 175 000 kits développeurs Oculus Rift écoulés par Oculus entre 2012 et 2015.

Windows 10 : la disparition de Messaging Everywhere fait débat.

Les dernières préversions de Windows 10, qui aboutiront à l’Anniversary Update du 2 août, ne font pas l’unanimité. Microsoft a décidé de supprimer sa fonction Messaging Everywhere qui permettait de traiter les SMS comme des conversations. Dans le Feedback Hub, les testeurs demandent son retour.
Microsoft travaille actuellement sur Redstone, nom de code de la première évolution majeure de Windows 10. Sur PC, tablettes et smartphoneselle se manifestera le 2 août sous la forme d’une mise à jour conséquente. Parmi les nouveautés attendues, un enrichissement de Cortana, Windows Ink pour les stylets, de nombreuses améliorations pour Edge (dont les extensions), la synchronisation des notifications avec les Windows Phone et Android ou encore un menu Démarrer amélioré.

D'une fonction intégrée à une nécessité d'application tierce

Mais depuis la build 14376, l’une des fonctionnalités phares attendues a disparu. L’application Messages proposait en effet la synchronisation des SMS avec les Windows Phone et Android, via l’application Cortana pour ce dernier. Nous avions testé cette synchronisation qui, assez capricieuse au début, se révélait finalement assez fiable dans les préversions plus avancées. Mais Microsoft en a finalement décidé autrement.
Dans un retournement de situation dont la firme a le secret, il a été expliqué que l’expérience proposée n’était pas satisfaisante, et qu’elle serait meilleure si la fameuse fonction était intégrée dans… Skype. La conséquence la plus directe est que Messaging Everywhere ne sera pas présente dans l’Anniversary Update du 2 août, Microsoft ayant précisé que l’équipe Skype reprenait le travail et qu’il n’y aurait pas de résultat avant un certain temps, sans doute quelques mois.

Une manière de promouvoir Skype UWP ?

L’idée que Skype puisse gérer les SMS n’est pas une absurdité en soi. Après tout, une interface unique pour gérer des textos et des messages Skype ressemblerait fort à ce que propose par exemple Apple avec Messages sous OS X (devenu macOS). L’application synchronise aussi bien les SMS que les iMessage (bulles vertes et bleues respectivement dans les conversations). Beaucoup apprécient cette intégration, même si une partie des utilisateurs ne comprend toujours pas la signification des messages verts et bleus.
Mais il s’agit justement d’une intégration. La décision de Microsoft joue sur l’inverse : extraire une fonctionnalité qui était présente dans le système pour la basculer dans une application tierce. Aucune application Skype n’est fournie avec Windows 10 et il faudra donc la récupérer dans le Store. On imagine que Microsoft est surtout intéressé par l’intégration dans Skype UWP, actuellement en développement et présent dans les préversions de Redstone. Ce pourrait être une manière de promouvoir d’ailleurs la nouvelle application.
Il y a cependant risque de confusion, sans parler d’une démarche qui ne semble pas « logique ». Le SMS, en tant que tel, est une fonctionnalité basique de n’importe quel téléphone. Quitte à synchroniser un maximum d’éléments des smartphones, pourquoi ne pas laisser alors la gestion des conversations dans Messages, comme c’était le cas depuis les premières builds de Redstone ?

Les testeurs demandent le retour de la fonction dans Windows 10

Notez quand même que la synchronisation n’est pas complètement cassée. Cortana signale encore par notification la réception d’un SMS et laisse la possibilité d’y répondre depuis le centre d’action. Mais il s’agit d’actions ponctuelles sur des messages reçus : la conversation complète n’est plus affichée, ce qui provoque depuis cette disparition un certain nombre de messages dans l’application Hub de commentaires (Feedback Hub).
Les testeurs y sont nombreux depuis la build 14376 à demander le retour de la fonctionnalité. Il suffit d’ouvrir l’application et de chercher « Messaging Everywhere » pour s’en rendre compte, même si les votes sont éparpillés dans bon nombre de demandes séparées. Signalons que dans beaucoup de cas, Microsoft prend les retours en compte – l’éditeur s’en vante d’ailleurs assez régulièrement. Il est donc possible d’espérer un retour rapide de la fonction, les auteurs des commentaires souhaitant que ce soit fait avant la publication de l’Anniversary Update.
Si Microsoft persiste, la mise en œuvre de l’intégration dans Skype posera question, notamment sur la manière dont les SMS et messages classiques se mélangeront. Il faudra également faire la promotion de cette fonctionnalité et surtout préciser comment la synchronisation opérera (probablement via le compte Microsoft). Dommage, puisqu’on passera alors d’une fonctionnalité intégrée à la nécessité d’aller chercher une autre application. Au temps pour un Windows 10 au centre d’un univers synchronisé. 

lundi 4 juillet 2016

Revirement : Ubisoft soutiendra la Nintendo et sa NX.

C'est un étonnant changement de discours de la part d'Ubisoft : l'éditeur qui se positionnait résolument contre Nintendo et sa Wii U indique désormais souhaiter soutenir la NX.

Après Alain Corre, c'est au tour d'Yves Guillemot, PDG d'Ubisoft de faire une déclaration étonnante : l'éditeur se positionnera comme l'un des principaux soutiens de Nintendo pour déployer sa prochaine console de jeux, la NX.
Questionné par GameInformer, qui se souciait de savoir si les jeux Ubisoft seraient présents sur la plateforme, Yves Guillemot a confirmé que "vous pouvez vous attendre à ce que nous soutenions Nintendo. Nintendo est l'un des meilleurs partenaires dans le monde."
Une position qui valait également lors du lancement de la Wii-U... avant qu'Ubisoft ne tourne les talons et ne critique assez durement Nintendo et sa machine.
Du fait des mauvaises ventes de la Wii-U, Ubisoft avait non seulement annulé le portage de certains titres, dont des franchises phares, mais l'éditeur avait également rompu quelques contrats. C'est le cas de Rayman Legends, qui devait rester une exclusivité de la Wii-U, mais qui s'est finalement vu porter sur plusieurs plateformes.
Espérons donc que la NX aura davantage à proposer qu'un simple effet de nouveauté, sans quoi Nintendo risque de se voir à nouveau abandonné par les éditeurs.

Nouvelles stratégies: Intel s’ouvre sur l’Internet des Objets.

Le monde bouge, change et les nouvelles habitudes et technologies dictent leur loi.
Toute structure se voit ainsi obligée de suivre la cadence et l’accompagner à bon scient. Consciente de cette donne, Intel a annoncé, à travers son PDG Brian Krzanich, l’évolution de l’entreprise. Traditionnellement centrée sur les PC, celle-ci devra demain propulser le Cloud ainsi que des milliards d’objets connectés et intelligents.
La vision et la stratégie d’Intel pour maintenir son leadership tournent autour de différentes convictions incontestables pour l’avenir. En effet, le Cloud autour duquel tout s’articule principalement façonne l’avenir du monde intelligent et connecté et donc l’avenir d’Intel.
Il existe un cycle vertueux et clair au sein duquel le Cloud et le Data Center, l’Internet des Objets, les mémoires et les solutions FPGA sont liés par la connectivité et améliorés par les économies de la loi de Moore. Ce cycle vertueux stimule la croissance dans le sens où tous les acteurs, particuliers ou entreprises, tirent de la valeur à partir de solutions qui capitalisent autant sur l’équipement final que sur le réseau et le Cloud. Cependant, concernant l’Internet des Objets, il fallait être plus pointu vis-à-vis de sa définition.
Le terme «Objets» renvoie à la fois aux PC et à tous les appareils intelligents de quelque nature que ce soit connectés au Cloud. Une définition qui créera un nouveau couple «connecté au Cloud». En d’autres termes, tout ce que fait «l’Objet» peut être capturé en tant que donnée, mesuré en temps réel et accessible n’importe où. La tendance IdO est omniprésente. Pour la plupart des domaines de l’industrie et du commerce de détail, l’Internet des Objets transforme chaque expérience.
Chez Intel, les segments focus seront les véhicules autonomes, l’industrie et le commerce de détail en tant que moteurs de croissance de l’Internet des Objets. Ceci ne disqualifie en rien les autres segments. Intel considère le PC et mobile comme faisant partie des différentes variations que forment les objets connectés et qui contribue au développement de notre stratégie de différenciation et de segmentation dans le marché de l’IdO.

La PS4 Neo aurait bien un lecteur Ultra HD Blu-ray.

Le membre du forum NeoGaf Osirisblack est à l'origine des premières révélations entourant la future PS4 Neo qui furent rendues publiques bien avant l'officialisation de la machine par Sony début juin dernier. L'individu revient ces jours-ci avec de nouveaux scoops relatifs à la PS4 4K. Et il y a une bonne nouvelle !
Osirisblack confirme l'intégration d'un lecteur au format Ultra HD Blu-ray sur la nouvelle version de Playstation 4. Le contraire aurait été curieux compte tenu de l'intégration du lecteur UHD Blu-ray réalisée par Microsoft sur la Xbox One S. La PS4 Neo sera donc bien en mesure de lire les disques 4K. Une bonne nouvelle !
Autre information importante révélée : Sony travaillerait sur deux versions différentes de PS4 Neo. Une seule sera commercialisée. Celle qui sera jugée la plus efficace sur le plan commercial par Sony.
Le premier modèle serait commercialisé à 399 dollars avec une puissance de 4.2 teraflops. Le second serait lancé au tarif de 499 dollars avec une puissance de 5.5 teraflops.
On évoque une sortie probable au printemps 2017.
A suivre...

HTC Vive : Des chiffres de vente autour de 100 000 exemplaires.

Lancé il y a déjà 3 mois, le 5 avril dernier, le HTC Vive continue sa route au même titre que son principal concurrent, l’Oculus Rift, sans que l’on sache exactement où en sont les ventes.
Le site SteamSpy, qui analyse les données venues de Steam et notamment le nombre de téléchargement de chaque titre nous donne cependant de précieux indices. Si le site ne permet pas de calculer combien de Vive sont en service, il permet en tout cas de suivre les données des jeux offerts avec le casque de réalité virtuelle depuis sont lancement.
Le jeu Tilt Brush, exclusivement jouable et offert avec le Vive a ainsi été téléchargé à 94911 reprises (incertitude de plus ou moins 8213). Une fourchette d’acheteurs du Vive qui serait donc comprise entre 86 698 et 103 124 personnes. De beaux chiffres qui restent à confirmer mais qui représenterait tout de même un chiffre d’affaire de près de 80 millions de dollars pour HTC.
On attend maintenant avec impatience les premiers chiffres de vente officiels communiqués par HTC et Oculus qui permettraient de se faire réellement une idée des forces en présence et même de l’avenir de la réalité virtuelle sur PC.

dimanche 3 juillet 2016

[Test] Samsung Gear VR : la réalité virtuelle à la portée de tous.

La réalité virtuelle, tout le monde veut en croquer, y compris Samsung qui avec son Gear VR propose une offre à priori d’autant plus intéressante que la tarification du casque est particulièrement basse. Si l’on se doute d’emblée que la seconde mouture du Gear VR n’est pas là pour rivaliser avec le Playstation VR ou le Vive (malgré la collaboration avec Oculus), l’accessoire de Samsung permet-il tout de même de faire un premier pas satisfaisant dans les technologies VR ? Voici quelques éléments de réponse.


Un design et une finition un peu “cheap”

Le casque Gear VR se présente sous la forme d’un casque VR relativement classique et au design un poil « cheap »; avec sa coque tout en plastique et ses bannières d’attaches sans fioritures (avec des scratchs !), le Gear VR ne lutte pas vraiment dans la même catégorie que le PSVR racé de Sony voire même le Vive VR et ses lignes assez agressives. Des dimensions assez compactes (201.9 x 116.4 x 92.6 mm ) et un poids à vide de seulement 320 grammes en font néanmoins un casque relativement agréable à porter (il faut rajouter toutefois le poids du smartphone, soit 140 grammes environ).


Only for Galaxy

La particularité du Gear VR est de fonctionner avec un smartphone en guise d’écran, à l’instar du Cardboard de Google; le Gear n’est cependant compatible qu’avec les deux dernières générations de Galaxy S, soit le S6 (tous les modèles) et le S7 (tous les modèles aussi). Le smartphone se rattache à un port micro-USB à l’intérieur du casque, ce qui lui permet de tenir fermement même lorsqu’on bouge la tête un peu violemment (ce qui arrive …). Pour les contrôles, Samsung a eu l’idée de placer une sorte de croix directionnelle sur le côté du casque, un capteur central permettant de valider une action (ce qui ne s’avérera pas franchement optimal comme on le verra par la suite). Une molette au dessus du Gear offre aussi la possibilité de régler la distance entre les yeux et les lentilles (mais pas la distance entre les lentilles elle-mêmes). Enfin, et c’est assez bien vu, un capteur placé juste au dessus des lentilles (à l’intérieur du Gear) détecte si le casque est effectivement porté, de façon à ne pas épuiser pour rien la batterie du smartphone.

A peine le Galaxy S7 Edge est-il enfiché dans le casque qu’un menu dédié apparaît. Nul besoin ici d’aller chercher des apps spécifiques sur le Google Play Store, tout passe ici par une interface qui est d’ailleurs un calque de celle de l’Oculus; on se doute même que la collaboration entre Samsung et la firme américaine a du essentiellement tourner sur ces aspects d’interface. Première remarque au bout de quelques dizaines de minutes d’utilisation : le Gear VR ne profite pas vraiment de sa légèreté tant on a l’impression de porter un masque de plongée new-look. La sensation n’est pas forcément très agréable (et on sue assez vite) mais ce n’est pas non plus éliminatoire. A l’avenir, Samsung pourrait néanmoins proposer un Gear VR avec des rebords en caoutchouc plus épais, à la façon de certains casques audio. A noter aussi qu’un cache noir est sensé masquer le smartphone, mais ce dernier a une fâcheuse tendance à se détacher sans qu’on ne lui demande rien.

Une interface léchée signée Oculus

Mais revenons à l’interface; passé les premiers tests de calibration on se retrouve d’emblée projeté dans une sorte de loft virtuel hyper design et spacieux (« c’est ma nouvelle maison ça ? »), un loft au centre duquel flotte une fenêtre d’interface avec trois grandes sections : home, boutique et bibliothèque. Pour naviguer dans cette interface, il “suffit” de glisser le doigt du haut vers le bas ou de l’avant vers l’arrière sur la croix directionnelle placée sur le côté droit du Gear, puis de valider son choix en tapotant au centre de cette croix; clairement, l’ergonomie de cette croix pose un vrai problème, et l’on se prend à pester de ne pas distinguer au toucher si le doigt est vraiment bien positionné. Samsung aurait mieux fait ici de fournir un vrai joystick directionnel à connecter en Bluetooth, ou bien alors de placer carrément sur son casque une croix directionnelle mécanique et facilement manipulable à l’aveugle. Cette mauvaise ergonomie de la croix directionnelle plombe aussi le plaisir que l’on pourrait prendre à certains titres, et ne parlons même pas des jeux qui demandent un peu de réflexes, (comme la version VR de Temple Run).

Un choix d’apps VR étonnamment vaste…

Toutes les catégories d’apps ou de contenus VR sont accessibles via cette interface Oculus, y compris les vidéos 360 ou VR (celles de Vimeo notamment sont d’un excellent niveau). Mais ce sont bien sûr les jeux qui occupent la part du Lion, et l’on est du reste assez étonné de constater qu’il y a déjà pas mal de choix. Certes, il ne faudra pas compter tomber sur un titre AAA en VR dans cette longue liste, mais il serait malhonnête de prétendre que les contenus sont inexistants. Les performances du Gear VR pour les sensations d’immersion dépendent largement des applications choisies : certaines vidéos sont extrêmement pixellisées, certains jeux manquent de fluidité ou affichent du lag, mais dans l’ensemble on est plutôt assez surpris de constater qu’il n’y a pas besoin d’un monstre technique pour avoir déjà de belles sensations (voire de très belles sensations). Certes, l’angle de vision de 96° est encore trop limité, et la grille de pixels reste toujours visible malgré la superbe définition du Galaxy S7 Edge (2560 x 1440 px), mais pour un casque de ce tarif, les résultats sont plutôt probants.

…mais on aura pas trop le temps d’en profiter

Malheureusement, à peine a t-on le temps d’en profiter qu’un message s’affiche pour nous avertir que le smartphone chauffe trop et qu’il va bientôt falloir arrêter la session VR. Le gros soucis est bien ici que ce message apparaît après moins d’une heure d’utilisation (largement moins d’une heure en fait) ce qui fait que dans l’ensemble l’autonomie du Gear VR s’avère extrêmement décevante.

Conclusion : accessible certes…mais ça ne fait pas tout

Le Gear VR est la belle promesse d’une réalité virtuelle devenue accessible, une promesse réalisée en grande partie, et ce même s’il est impossible de passer sur des défauts qui n’auraient pas du être présents sur une V2. La très médiocre croix directionnelle, le cache noir qui ne sert à rien et une autonomie vraiment faiblarde plombent un peu une technologie qui par ailleurs n’a pas trop de mal à fournir son effet WOW. La limitation du Gear VR aux casques Samsung est aussi une grosse contrainte, et l’on ne voit pas trop l’apport d’Oculus si ce n’est au niveau d’une interface en effet assez léchée. Pour cette fois, et parce que la VR c’est tout de même sensas, on pourra encore pardonner ces quelques défauts, mais le fabricant ne devra plus se permettre certaines approximations pour son prochain modèle de Gear VR.
Le Gear VR est disponible sur le site d’Amazon au tarif de 99 euros.

Mon activité : les preuves que Google sait tout de ses utilisateurs.

Sur Internet il est impossible d'être anonyme et l'utilisation des services de Google est devenue pratiquement obligatoire. Le géant américain vous montre tout ce qu'il sait de vous dans "Mon activité". 

A l’heure actuelle, les services de Google sur Internet sont incontournables. On utilise son moteur de recherche, on envoie des courriers avec Gmail et on recherche une adresse sur Maps. Toutes ces utilisations laissent des traces et permettent au géant américain de collecter des données sur ses utilisateurs. Google vient de lancer « Mon activité« , un service qui permet de vérifier toutes les données que le géant de la recherche Internet collecte sur les internautes.

Mon activité présente l’énorme volume des données collectées par Google

Google surveille les activités de ses internautes ceci n’est pas une nouveauté. Selon le géant américain, la collecte des données permet de rendre ses différents services plus personnalisés et précis. Il est désormais possible de connaitre ce que le groupe sait sur nous en utilisant le nouveau service « Mon activité« .
Sur une page, tout y est, l’historique des recherches, les vidéos YouTube que l’utilisateur a visionné, ce qu’il a recherché dans Google Maps, etc., et ce depuis des années. Il est possible de visionner ces informations chronologiquement et même faire des recherches. Nous prenons alors conscience de la masse de données récoltées, données qui ne sont consultables que par nous-même et bien sûr Google. Cependant, il est possible de contrôler ce que la firme de Mountain View peut collecter ou non.

Paramétrer son profil Google

Si depuis plusieurs années la création d’un compte Google pour utiliser les services du géant américain est obligatoire, il propose néanmoins la possibilité de gérer son profil afin de déterminer ce qu’il pourra collecter ou non.
Ainsi, une fois sur la page « Mon activité », il faut se rendre dans la partie « Commandes relatives à l’activité » (accessibles en cliquant sur les 3 petits points en haut à droite et en choisissant l’option adéquate). Ensuite vous pouvez activer ou désactiver la collecte des données pour tel ou tel service.

Samsung Galaxy S7 Edge Edition Olympic : dévoilé le 7 Juillet.

Samsung est connu pour libérer toutes sortes de variantes de ses phares de smartphones et la société sud-coréenne est dit à dévoiler une édition olympique de son smartphone Galaxy S7 Edge. La date de sortie est inconnue, mais maintenant, la société a décidé de révéler que le dispositif sera dévoilé le 7 Juillet.


Samsung va libérer le dispositif la semaine prochaine

Les images de Galaxy S7 Edge Edition Olympic de Samsung a fuit en ligne le mois dernier, révélant le design du téléphone, pour aller avec des rumeurs sur ses spécifications. On savait que Samsung a l’intention de dévoiler le smartphone bien avant les Jeux Olympiques Rio 2016, qui commencent le 5 Août et se  termine le 21 Août. La société vient de confirmer sur son site allemand (via SamMobile ) que l’édition olympique du Galaxy S7 Edge verra la lumière du jour le 7 Juillet. Le smartphone est prévu de venir avec à peu près les mêmes caractéristiques que le Galaxy S7 Edge, qui a été publié plus tôt cette année. Cela signifie que l’édition olympique devrait avoir un écran Super AMOLED de 5,5 pouces, Snapdragon 820 ou Exynos 8890, en fonction de la région. la capacité de la caméra arrière atteint 12MP, avec 5MP à l’avant, avec une batterie de 3600mAh.

Galaxy S7 Edge édition olympique devrait venir avec des papiers peints personnalisés

Auparavant, la fuite des images ont montré que le smartphone aura cinq couleurs différentes sur l’écran. L’édition olympique aura un corps de couleur noir et le couleur or sera présent sur le bouton d’accueil et l’écouteur. Les images montrent également que le smartphone aura des tons rouges autour de la puissance et vert sur ​​bascule de volume. Les couleurs sont les mêmes que ceux utilisés sur le logo Jeux Olympiques. On dit aussi que le téléphone viendra avec quelques fonds d’écran personnalisés et peut-être un thème lié aux Jeux Olympiques. Samsung pourrait également offrir des e-coupons spéciaux et des réductions.
Les détails sur le prix et la disponibilité ne sont pas encore disponibles, mais le smartphone devrait plus largement disponibles, contrairement à certains des autres éditions spéciales de Samsung. De toute façon, Samsung fournira beaucoup plus de détails au cours de dévoilement de la semaine prochaine.

La MaJ forcée de Windows 10 a couté 10 000 dollars au géant !

Une utilisatrice américaine a porté plainte contre la mise à jour sans autorisation de Microsoft vers Windows 10 et elle a obtenu gain de cause…
Quelques jours seulement après l’annonce de Windows 10, une utilisatrice de l’OS de Microsoft qui habite dans l’État de la Californie a constaté que son ordinateur a été remis à niveau automatiquement. En d’autres termes, la mise à jour a été effectuée sans son accord. Mécontente de cette situation, elle a porté plainte. D’après The Seattle Times, notre source, l’installation de Windows 10 n’a pas eu lieu, mais en conséquence le PC du sujet s’est mis à planter. N’ayant pas eu d’autres options, elle a contacté le support de la firme de Redmond, mais celui-ci a eu du mal à gérer le problème. Le comble c’est que l’ordinateur en question sert pour Teri Goldstein à gérer son entreprise, une agence de voyages.

Une indemnisation de 10 000 dollars suite à une installation ratée de Windows 10

Lorsqu’elle a porté l’affaire devant la justice, la femme dont le nom a été donné précédemment avait réclamé une indemnité lui permettant de se procurer un nouveau PC, mais aussi de compenser les pertes que cette installation ratée de Windows 10 sur son ordinateur a entraînées. Le tribunal a donc tranché en sa faveur et a demandé à Microsoft de la verser une somme de 10 000 dollars. Face à cela, Microsoft ne s’avoue pas vaincue et a demandé de faire appel. En tout cas, sachez que depuis son lancement, Windows a déjà fait l’objet de pas mal de critiques en raison de la méthode de mise à jour proposée par Microsoft. Reste à savoir la suite de cette histoire.
Qu’auriez-vous fait si vous étiez à la place de cette utilisatrice ?

Le président de Google ne comprend pas la victoire du Brexit.

Eric Schmidt, président exécutif d'Alphabet, la maison-mère de Google, a indiqué qu'il ne comprenait pas la décision des Britanniques. Il soutient néanmoins que le Brexit n'aura pas d'impact sur les activités du groupe en Europe.

La victoire du "Leave" au référendum britannique du 23 juin derniercontinue de faire des remous. C'est désormais au tour de Google, par l'intermédiaire du président exécutif d'Alphabet, la maison-mère du moteur de recherche, de s'exprimer. Lors du salon des start-up VivaTech, Eric Schmidt a profité de cette tribune pour expliquer qu'il ne comprenait pas le choix des Britanniques, rapporte Reuters jeudi dernier.  
"Je suis toujours inquiet lors qu'on parle de barrières", explique-t-il. "L'Europe a souffert de l'éclatement de ses marchés et je ne veux pas que quoi que ce soit viennent davantage les fragmenter". Plusieurs entreprises, dont Vodafone, ont menacé de quitter le territoire britannique. D'autres, comme easyJet, se prépare aux éventuelles conséquences d'un Brexit, requérant ainsi une "autorisation spéciale" pour continuer à voler en ciel européen.  

Un chiffre d'affaires de 75 milliards de dollars

Eric Schmidt pense qu'il est peu probable qu'un Brexit modifie la répartition des activités de Google pour autant: "Nous avons des sites importants en Irlande, en Grande-Bretagne, en France, à Zurich, etc... C'est dur pour moi d'imaginer que nous allons tout bouleverser". Google représente 90% des activités d'Alphabet. L'an passé, le moteur de recherche a dégagé un chiffre d'affaires de l'ordre de 75 milliards de dollars.  

Intel compte fermer cinq sites en France supprimant ainsi 750 postes Pour mieux se concentrer sur le cloud.

En avril dernier, Intel Corp. a annoncé la suppression de 12 000 postes suite à la baisse des ventes des ordinateurs personnels. Les sites de R&D en France seront concernés par ce vaste plan de restructuration. En effet, Intel prévoit la fermeture de cinq centres de recherche dans les semi-conducteurs, supprimant ainsi 750 postes sur les 900 postes existants en France. Face à cette « grande désindustrialisation dans les semi-conducteurs », le CFE-CGC, le syndicat des employés chez Intel France, a annoncé qu’il entrera dans une phase de négociation à partir du 12 juillet. 

Le premier site concerné par cette restructuration est celui d’Aix-en-Provence. Son implantation date de l’année dernière après que la firme californienne a racheté des licences de propriété intellectuelle auprès de la société Inside Secure, celle qui a conçu la technologie de communication sans fil à courte portée NFC (Near Field Communication). Intel prévoit aussi la fermeture du site Sophia-Antipolis, celui qui conçoit les modems 4G. Le site de Nantes, qui développe des outils CAO pour les circuits intégrés, celui de Montpellier, spécialisé dans le développement de logiciels pour les terminaux mobiles et enfin celui de Toulouse, dont les activités concernent la technologie mobile, seront aussi fermés. 

Pour la société californienne, la fermeture de ces sites a pour objectif de mieux se concentrer sur le développement des puces pour les machines des centres de données et les objets connectés, le marché des ordinateurs personnels étant en plein ralentissement actuellement. Or la moitié des ventes d’Intel concernait justement ce marché. En lançant son plan de restructuration, Intel vise à mieux se positionner sur le cloud, un marché en pleine croissance.

Du côté du syndicat des employés, un appel est lancé aux élus et au gouvernement pour qu’ils interviennent dans ce qui est qualifié comment étant l’une des plus grandes désindustrialisations dans les semi-conducteurs que la France ait connues. La phase de négociation va commencer le 12 juillet mais ils affirment d’ores et déjà que le plan de sauvegarde de l’emploi proposé par Intel ne sera validé que s’il est « à la hauteur des sacrifices, de la valeur intellectuelle, et du savoir-faire qui a été transféré à l’étranger ». 

PS4 : Une version Slim et la Neo présentées au TGS 2016 ?

Sony profiterait du Tokyo Game Show 2016 pour présenter officiellement la PS4 Neo 4K mais également une version Slim de sa console. 

Enfin, la guerre des consoles semble être bien repartie pour un tour ! Alors que Microsoft a créé une petite sensation lors de l’E3 en présentant les versions S et Scorpio de sa One, Sony devrait réagir au Tokyo Game Show 2016.
La firme nippone pourrait en effet profiter d’être sur ses terres pour dévoiler non pas une, mais deux déclinaisons de la PlayStation 4 !

Neo et Slim : la ps4 dans tous ces états au TGS

On le sait depuis quelques mois déjà, Sony va proposer une version plus puissante de la PS4, la NEO. Cette version upgradée du monolithe de la marque japonaise a été confirmée lors de l’E3, mais on attend toujours l’officialisation et la présentation officielle de cette console qui devrait être vendue au prix de 399 €.
Selon les informations du Wall Street Journal, le constructeur attendrait donc le Tokyo Game Show de cette année (du 15 au 18 septembre) pour officialiser la NEO, mais pas seulement, puisqu’une version Slim de la PS4 pourrait également être présentée.

Deux machines lancées en septembre

Si Sony fait le choix du TGS pour la présentation de ses deux nouvelles consoles, cela devrait permettre au salon japonais de retrouver un peu de son lustre d’antan, les dernières éditions nous ayant laissés sur notre faim en termes de nouveautés.
De plus, il se murmure que les deux « nouvelles » consoles de Sony sortiraient le mois suivant cette présentation ce qui, en termes de timing, permettrait à la marque nippone d’enfoncer encore une peu plus le clou par rapport à Microsoft qui, de son côté, ne lancera la Scorpio et la one S qu’en 2017.

vendredi 1 juillet 2016

Le trou dans la couche d’ozone est en train de se résorber.

Le trou dans la couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique, en grande partie provoqué par des activités humaines, continue à se résorber, selon un article publié jeudi 30 juin dans la revue américaine Science dont l’auteur principal est Susan Solomon, professeur de chimie et de science du climat au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Selon les chercheurs, il a diminué de plus de 4 millions de km2, soit environ la moitié de la superficie des Etats-Unis, depuis 2000.

Cette étude qui s’appuie sur des mesures prises au mois de septembre, pendant le printemps austral, depuis quinze ans, révèle également pour la première fois une pause passagère dans ce processus en octobre 2015, à cause d’une éruption du volcan Calbuco dans le sud du Chili six mois plus tôt.
« Mais globalement le trou d’ozone paraît être sur la voie de la guérison » alors que les émissions de gaz chlorés, les chlorofluorocarbones ou CFC, continuent à diminuer, concluent les scientifiques. Selon les modèles ordinateur, une guérison complète de la couche d’ozone est prévue avant 2050.


DES EFFORTS QUI PORTENT LEUR FRUITS:


Les mesures prises lors du protocole de Montréal de 1987 portent donc leurs fruits, selon les chercheurs. Ce traité international conclu en 1987 prévoit l’interdiction progressive des gaz chlorés qui étaient présents dans les systèmes de climatisation, de réfrigération, les aérosols pour les laques à cheveux et dans certains processus industriels.
La concentration atmosphérique de ces substances chimiques appauvrissant l’ozone a baissé de 10 à 15 % par rapport au pic de la fin des années 1990, selon le dernier rapport de l’Organisation météorologique mondiale et du programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) publié en 2015. L’étude montre que plus de la moitié de cette réduction du trou d’ozone a résulté exclusivement de la diminution des chlorofluorocarbones dans l’atmosphère.
« D’ici à 2030, le protocole de Montréal, adopté par tous les pays, aura évité deux millions de cancers de la peau par an, des dégâts oculaires et immunitaires sur les humains, et aura aussi protégé la faune et l’agriculture », selon des simulations du Programme des Nations unies pour l’environnement. La couche d’ozone, qui s’étend entre vingt et quarante kilomètres d’altitude, absorbe la plus grande partie du rayonnement solaire ultraviolet, protégeant ainsi les organismes vivants.
Le trou dans la couche d’ozone a été découvert en analysant des relevés à partir de stations au sol qui remontaient aux années 1950. Au milieu des années 1980, les scientifiques ont constaté que la quantité totale d’ozone en octobre diminuait fortement. Pour cette nouvelle étude, les chercheurs ont utilisé les données fournies par les ballons météorologiques et les satellites. Ces derniers mesurent également le dioxyde de soufre dans l’atmosphère émis par les volcans, qui peut contribuer à réduire la couche d’ozone.

YOUTUBE : LA VIDÉO EN DIRECT SUR SMARTPHONE DÉSORMAIS POSSIBLE.

Comme le rappellent des confrères du site « Le Parisien », YouTube permet depuis 2011 le partage de contenu en direct. Seulement, l’option ne concernait que les ordinateurs. Aujourd’hui, la plateforme d’hébergement de vidéos a enfin pris en compte le téléphone à l’image de ce qui se fait avec Facebook (Live) et Twitter (Periscope).
Pour enregistrer une vidéo, il suffit de partir de l’application mobile de YouTube que l’on installe sur Android et iOS. D’après Google, le service va être ouvert à tous les utilisateurs très prochainement. Pour l’heure, seuls quelques privilégiés, des testeurs, y ont accès.
Mais, l’on le sait, YouTube fait partie des derniers à opter pour la vidéo en direct sur smartphone. Comment la plateforme va-t-elle faire pour se distancer des autres concurrents ? S’interrogent déjà plusieurs personnes.
A travers une solution « plus rapide et plus fiable que n’importe quel autre service », répondent les responsables du géant américain. Une clarification qui intervient quelques jours après l’annonce de Tumblr qui autorise l’intégration de vidéos en direct en partenariat avec YouNow, Kanvas, Upclose ou encore YouTube.
Pour finir, il faut noter que le phénomène de vidéos diffusées en direct ne date pas de très longtemps. Il remonte à mars 2015, donc l’année dernière, avec le lancement en quasi simultanée, comme le souligne le site de « Le Parisien », de Meerkat et surtout de Periscope, l’outil mis en place par Twitter et qui s’est depuis démocratisé.

Equipez-vous d'un Samsung Galaxy S7 ou Galaxy S7 Edge sans vous ruiner chez Free Mobile.

Le Samsung Galaxy S7 et Galaxy S7 Edge en vente depuis fin février 2016 chez Free Mobile sont enfin disponibles en location. Le Samsung Galaxy S7 est proposé à 119€ à la commande et le Galaxy S7 Edge à 149€ en optant pour le service de location. Cette solution compatible uniquement avec le forfait illimité Free à partir de 15.99€ par mois est idéale pour vous équiper des derniers modèles du constructeur Samsung sans vous ruiner.

Le Samsung Galaxy S7 et sa version Edge disponibles en location chez Free Mobile

Le service de location proposé par Free Mobile est la solution idéale pour vous équiper d'un Smartphone dernier cri sans vous ruiner tous les deux ans. Rappelons toutefois qu'en optant pour la location, le mobile ne vous appartient pas et doit être restitué au bout des 2 ans. En vente depuis plusieurs mois chez Free Mobile, le Samsung Galaxy S7 et S7 Edge sont désormais disponibles en location en payant 119€ à la commande puis 19€ par mois pendant 24 mois pour le Galaxy S7 ou encore à 149€ à la commande puis 22€ par mois 24 mois pour la version Edge. Pour info, le Samsung Galaxy S7 est au prix de 699€ en payant le mobile au comptant, ou encore 177€ à la commande puis 174€ 3 fois  avec le paiement en 4 fois sans frais. La version Edge est proposée à 100€ de plus soit 799€ au comptant ou encore à 202€ à la commande puis 199€ 3 fois.

Samsung Galaxy S7 Edge à 22€ par mois, pendant 24 mois. 149€ de paiement à la commande.

Samsung Galaxy S7 à 19€ par mois, pendant 24 mois. 119 € de paiement à la commande.


La location  chez Free Mobile : comment ça marche ?

L'offre de location est réservée aux abonnés équipés d'un forfait illimité Free (19,99€/mois ou 15,99€/mois pour les abonnés freebox) sur une durée minimum de 24 mois. La résiliation doit être effectuée 1 mois avant l’échéance des 24 mois, sinon le contrat est reconduit tacitement pour des périodes successives d’un mois. Les loyers sont majorés de 5€/mois en cas de résiliation du Forfait Free. En cas de manquement à l’obligation de restitution du mobile ou de restitution dans un mauvais état de fonctionnement : facturation de la somme de 150€ ou, dans le cadre de l’exercice du droit de rétractation, facturation du prix public de vente du mobile en vigueur au jour de la commande (déduction faite des sommes déjà versées). Vous bénéficiez d'un délai de 14 jours à compter de la réception du mobile pour vous rétracter. Les frais de retour sont à votre charge.

Conditions générales de location

Le forfait illimité Free Mobile en détails :

Le forfait illimité Free vous permet d'appeler en illimité vers les fixes et mobiles en France métropolitaine, vers les mobiles Etats-Unis, Canada, Alaska, Hawaï, Chine, DOM et les fixes 100 destinations internationales. Les SMS sont illimités en France métropolitaine et vers DOM et les MMS illimités en France métropolitaine. Les SMS sont également illimités depuis les DOM et la zone Europe vers les clients d’opérateurs mobiles de France métropolitaine. Cet abonnement comprend 50Go d’internet en 4G pour les clients équipés d’un Smartphone 4G  avec un autre terminal le volume est ramené à 3Go par mois (débit réduit au-delà). Dans une zone non couverte par la 4G mais avec un mobile 4G, le volume disponible est de 20Go par mois. L'accès aux hotspots Wifi Free est disponible en illimité. Autre avantage de ce forfait Free, vous pouvez 35 jours par an (par année civile) profiter des appels, SMS/MMS illimités depuis un pays de l'Union Européenne, les Etats-Unis, une destination DOM, l'Australie, le Canada, Israël, la Norvège et depuis peu l’Islande vers ce même pays/destination et vers la France métropolitaine. Vous bénéficiez aussi de 3Go par mois en 3G, décompté du forfait. Au-delà, l'usage internet est bloqué depuis ces pays étrangers/destinations.