samedi 19 novembre 2016

Moon Express, la société qui veut exploiter la Lune

Le gouvernement américain a donné son feu vert à une entreprise privée dont le but est d’exploiter les ressources de la Lune afin de faire du profit. Cette expédition..Crédits : mikiell / Istock

Le gouvernement américain a donné son feu vert à une entreprise privée dont le but est d’exploiter les ressources de la Lune afin de faire du profit. Cette expédition est prévue pour 2017, laissant ainsi le temps à Moon Express de continuer de développer son atterrisseur.
Faisant partie de la Silicon Valley, Moon Express a été fondée en 2010 par Bob Richards, Naveen Jain et Barney Pell. Son objectif est de puiser dans les ressources de la Lune pour faire de l’argent. Une telle initiative est possible depuis le vote en 2015 de la loi américaine Space Act autorisant les sociétés privées à exploiter la lune ou tout autre objet du Système solaire.

L’atterrisseur baptisé MX-1, toujours en phase de développement, est prévu pour l’an prochain, mais vient de recevoir un avis favorable de la Federal Aviation Administration (FAA). Celui-ci sera envoyé dans l’espace par le lanceur Electron de la société néo-zélandaise Rocket Lab dont le premier lancement commercial aura lieu en cette fin d’année 2016. Il faut savoir que ce lanceur comportant deux étages est capable d’embarquer une charge de 150 kg à une orbite de 500 kilomètres en synchronisation avec le soleil.
%e5%9c%96
Moon Express participe également au concours Google Lunar X Prize, une compétition internationale lancée en 2007. Parrainé par Google et organisé par la Fondation X Prize, le concours récompensera le vainqueur avec un prix de 30 millions de dollars. D’autres concurrents se sont présentés comme la Team Italia et son projet Amalia. La condition pour gagner est d’être la première société privée à parcourir au moins 500 mètres sur la Lune et d’y effectuer des vidéos et autres clichés à renvoyer vers notre planète à l’aide d’un rover motorisé.
L’atterrisseur MX-1 de Moon Express n’a pas de roues, mais les ingénieurs prévoient de l’équiper de mini-propulseurs lui permettant de faire des bonds afin de parcourir la distance nécessaire.
Comme d’autres sociétés, Moon Express a l’intention d’exploiter la Lune. Mais de quelles ressources le satellite de la Terre dispose-t-il ? Concrètement, la Lune aurait de grandes réserves d’Hélium 3, un gaz rare sur Terre, léger, non radioactif et très recherché pour ses applications potentielles en fusion nucléaire. Une autre ressource est visée : la Régolithe définie comme étant une couche de poussière produite par l’impact des météorites à la surface d’une planète sans atmosphère ou d’un satellite, ce qui est le cas de la Lune sur une épaisseur de plusieurs mètres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire