vendredi 7 octobre 2016

De l'eau sous la croûte de Dioné

Cet océan mystère est caché dans les profondeurs de Dioné, une petite lune glacée de Saturne.

Dioné lune de Saturne
Dioné avec la planète Saturne en arrière-plan. Cette petite lune abrite un océan de subsurface.
ANNEAU. Dioné est l'une des nombreuses lunes qui orbitent autour de Saturne. On en dénombre actuellement 62 et d'autres sont encore cachées dans les anneaux où la plupart d'entre elles sont nées. La sonde Cassini explore ce petit monde depuis maintenant douze ans et elle a effectué plusieurs survol au-dessus de Dioné. Ses dernières mesures gravimétriques, analysées par les astronomes de l'Observatoire Royal de Belgique, indiquent que la croûte de ce satellite repose sans doute sur un océan situé à au moins 100 km sous la surface. Cet océan aurait lui-même quelques dizaines de kilomètres de profondeur et entoure un énorme noyau rocheux. Dioné ressemble donc beaucoup à Encelade, une autre lune de Saturne qui abrite aussi un océan de subsurface. A la différence près que l'océan d'Encelade est situé beaucoup plus proche de la surface, en particulier au niveau du pôle sud où des geysers jaillissent parfois. L'océan de Dioné existe probablement depuis la naissance de l'astre et constitue une zone stable avec une habitabilité propice au développement de la vie microbienne. D'autant qu'il est en contact direct avec les roches du noyau, or "les interactions roches-eau offrent à la fois des nutriments essentiels et de l'énergie, deux ingrédients essentiels à la vie" souligne Attilio Rivoldini, un des auteurs de l'étude publiée dans les Geophysical Research LettersCet océan est toutefois trop profond pour imaginer qu'il puisse être exploré prochainement. En revanche l'eau que crachent les geysers d'Encelade ou ceux d'Europe, dont la Nasa a confirmé il y a quelques jours l'existence peut plus facilement être analysée. Un vaisseau en orbite autour d'un de ces deux satellites pourrait en capturer un échantillon. Aucune mission en ce sens n'est toutefois programmée. Après douze années d'observation du système saturnien qui ont permis d'imager complètement les six lunes glacées de Saturne (Mimas, Encelade, Téthys, Dioné, Rhéa et Japet), Cassini a maintenant entamé les manœuvres de la phase finale de sa mission. Elles mèneront la sonde au plus près de la planète, entre ses anneaux, puis jusqu'à sa surface vers laquelle elle plongera en septembre 2017.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire