samedi 24 septembre 2016

Google et Salesforce envisageraient de racheter Twitter

Les rumeurs de rachat s'accélèrent. Microsoft et l'opérateur mobile Verizon pourraient aussi se positionner.
Google, Salesforce, Microsoft, Verizon… Les grands noms se pressent au chevet de Twitter. Évoqué depuis quelques semaines, le scénario d'une revente du réseau social a connu une brusque accélération vendredi. Selon la chaîne américaine CNBC, Twitter a reçu plusieurs marques d'intérêt et des offres formelles de rachat lui seront formulées «sous peu». Ces informations ont provoqué un bond de 20 % de l'action de l'entreprise, valorisée 15 milliards de dollars.
Pour les actionnaires de Twitter, le scénario d'une revente paraît être l'issue la plus favorable. Depuis son introduction en Bourse il y a bientôt trois ans, le site n'est jamais parvenu à trouver un nouveau souffle. Il peine à engranger de nouveaux abonnés. Avec 313 millions d'utilisateurs, Twitter est non seulement distancé largement par Facebook (1,65 milliard), mais aussi dépassé par Instagram et WhatsApp. Il est aussi contesté par Snapchat, utilisé par 150 millions de personnes chaque jour, particulièrement chez les adolescents. Cela se ressent sur ses résultats financiers. Son chiffre d'affaires progressera de 13 % en 2016, selon eMarketer, à 2,2 milliards de dollars, mais sa part de marché dans la publicité ne sera que de 1,2 %, et de 2,4 % sur mobile. L'entreprise n'est toujours pas rentable.
Twitter n'en garde pas moins une indéniable valeur. Cité le plus souvent parmi les possibles acquéreurs, Google utilise déjà les tweets pour améliorer la pertinence de son moteur de recherche, et cherche à se relancer dans les applications de messagerie mobile. Salesforce pourrait, lui, être intéressé par les outils de relation client de Twitter et par les informations qui y circulent en temps réel, pour alimenter sa nouvelle plateforme d'intelligence artificielle, Einstein. Il s'était déjà positionné pour acquérir LinkedIn, finalement arraché par Microsoft, pour 26,2 milliards de dollars. Verizon, après avoir acheté AOL et Yahoo!, pourrait vouloir continuer à grossir dans la publicité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire