lundi 22 août 2016

Google va mettre fin au support des Chrome Apps sur Windows, Mac et Linux d'ici 2018 En raison de leur faible popularité sur ces systèmes.

Il y a trois ans, en février 2013, Google annonçait aux développeurs la préversion de la fonctionnalité « lanceur d’applications Google Chrome » que Google a décrite comme étant « une location dédiée pour vos applications qui les rend faciles à ouvrir à l’extérieur du navigateur ». L’entreprise a indiqué que l’expérience est la même que sur Chromebooks qui se voit simplement porter sur d’autres plateformes, notamment Windows dans un premier temps, Mac OS X et Linux ont suivi par la suite. Concrètement, le lanceur d’applications ajoute une icône dans la barre de tâches pour centraliser toutes les applications ajoutées depuis le Chrome Web Store sur votre compte utilisateur.

Sur le Chrome Store, les applications se présentent de deux façons : les applications hébergées, qui sont essentiellement des installables d’applications web, et les applications packagées qui se rapprochent des applications traditionnelles que vous pouvez trouver sur des vitrines en ligne comme Google Play Store. Il faut noter que la taille limite de ces dernières est fixée à 2 Go.

Google a annoncé son intention de mettre un terme au support de ces applications. Comme l’a expliqué Rahul Roy-Chowdhury, VP Product Management, a rappelé que « nous avons toujours cru dans le fait de rendre le web aussi ouvert, interopérable et fort que possible. Pendant un certain temps, il y avait des expériences que le web n’était pas en mesure de fournir, comme travailler en mode hors connexion, l’envoi de notifications, et la connexion au matériel. Nous avons lancé les Chrome Apps il y a de cela trois ans pour combler cette lacune.Depuis lors, nous avons travaillé avec la communauté des standards du Web pour amener un nombre croissant de ces cas d'utilisation sur le Web ».

La raison de l’abandon du support ? « Aujourd'hui, environ 1% des utilisateurs sur Windows, Mac et Linux utilisent activement des applications packagées Chrome et la plupart des applications hébergées sont déjà implémentées comme étant des applications web régulières. Nous supprimerons le support des applications packagées et hébergées de Chrome sur Windows, Mac et Linux au cours des deux prochaines années ».

Du côté de Chrome, Google prévoit de garder le support et le maintien de tous les types d’applications chrome, mais définit un calendrier de fin de vie des applications Chrome sur les autres plateformes : « à compter de fin 2016, les applications Chrome nouvellement publiées ne seront disponibles que pour les utilisateurs sur Chrome OS. Les applications Chrome existantes vont demeurer accessibles à toutes les plateformes et les développeurs pourront continuer de les mettre à jour. Dans la seconde moitié de 2017, le Chrome Web Store ne va plus afficher des applications Chrome sur Windows, Mac et Linux, mais va continuer d’afficher les extensions ainsi que les thèmes. Au début de 2018, les utilisateurs sur ces plateformes ne seront plus en mesure de lancer des applications Chrome ». 

En se basant sur ce calendrier, les développeurs disposent donc de près d’un an et demi pour se décider sur la façon dont ils souhaitaient voir déployées leurs applications avant que les utilisateurs ne soient plus en mesure de lancer les applications Chrome sur les plateformes Windows, Mac et Linux. Pour ceux qui avaient opté pour les applications hébergées, il n’y avait pas vraiment de problème étant donné que les fonctions de leurs applications résident principalement sur le web. D’ailleurs Google encourage les développeurs à migrer leurs applications Chrome vers le web.

Pour les développeurs d’applications packagées en revanche Google propose plusieurs solutions, notamment se tourner vers les applications web, vers les extensions, vers les pages web ou vers des applications se comportant comme des applications natives. Pour cette dernière solution, Google propose aux développeurs de faire appel à des plateformes comme Electron ou NW.js. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire