dimanche 3 juillet 2016

Le président de Google ne comprend pas la victoire du Brexit.

Eric Schmidt, président exécutif d'Alphabet, la maison-mère de Google, a indiqué qu'il ne comprenait pas la décision des Britanniques. Il soutient néanmoins que le Brexit n'aura pas d'impact sur les activités du groupe en Europe.

La victoire du "Leave" au référendum britannique du 23 juin derniercontinue de faire des remous. C'est désormais au tour de Google, par l'intermédiaire du président exécutif d'Alphabet, la maison-mère du moteur de recherche, de s'exprimer. Lors du salon des start-up VivaTech, Eric Schmidt a profité de cette tribune pour expliquer qu'il ne comprenait pas le choix des Britanniques, rapporte Reuters jeudi dernier.  
"Je suis toujours inquiet lors qu'on parle de barrières", explique-t-il. "L'Europe a souffert de l'éclatement de ses marchés et je ne veux pas que quoi que ce soit viennent davantage les fragmenter". Plusieurs entreprises, dont Vodafone, ont menacé de quitter le territoire britannique. D'autres, comme easyJet, se prépare aux éventuelles conséquences d'un Brexit, requérant ainsi une "autorisation spéciale" pour continuer à voler en ciel européen.  

Un chiffre d'affaires de 75 milliards de dollars

Eric Schmidt pense qu'il est peu probable qu'un Brexit modifie la répartition des activités de Google pour autant: "Nous avons des sites importants en Irlande, en Grande-Bretagne, en France, à Zurich, etc... C'est dur pour moi d'imaginer que nous allons tout bouleverser". Google représente 90% des activités d'Alphabet. L'an passé, le moteur de recherche a dégagé un chiffre d'affaires de l'ordre de 75 milliards de dollars.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire